Skip to content
Blogue

La différence entre une abeille, une guêpe ou un frelon

Il s’agit bien de trois insectes volants, de couleurs rayées et qui ont un dard pour piquer. Tous sont présents au Québec. Mais ils n’ont pas tous le même rôle ni le même comportement. Lisez la suite pour savoir comment les distinguer.

À noter toutefois : certaines personnes peuvent être allergiques au venin de ces insectes ou d’autres encore de l’ordre des hyménoptères. Ces réactions allergiques comprennent : gonflement de la langue, des lèvres, de la gorge ou des yeux, difficulté à respirer ou avaler, étourdissements ou malaises, nausées, vomissements, éruption cutanée Ígénéralisée, fièvre. Si vous constatez un de ces symptômes après avoir été piqué par un insecte, consultez immédiatement un médecin.

Pourquoi est-il important de différencier l’abeille, la guêpe et le frelon avant de les éliminer?

Parce que les abeilles font partie d’une catégorie protégée d’insectes; en effet, depuis plusieurs années les spécialistes ont noté une diminution marquée de leur population globale.

Vu leur rôle essentiel dans la production de miel et la pollinisation, certaines lois ont même été adoptées au Québec pour tenter de limiter le plus possible toute menace à leur survie. Il est donc essentiel de savoir quel type d’insecte nous cause des soucis avant de détruire un nid de guêpe ou de frelon, car il est interdit d’exterminer un nid d’abeille sauf en dernier recours et sur l’avis d’un apiculteur.

C’est surtout par leur apparence et leur taille que ces insectes se distinguent. 

L’abeille domestique (Apis mellifera)

L’abeille est en général la plus petite des trois et possède un corps beaucoup plus trapu et velu que les guêpes et les frelons.

Vous avez affaire à une abeille si :

Abeille

À moins d’être apiculteur ou de vivre près d’une ruche d’abeilles, le risque de vous retrouver nez à nez avec cette butineuse est faible. En effet, au printemps, elle ne s’aventure généralement pas plus loin qu’à une distance d’environ 500 mètres de sa colonie pour récolter le pollen, sa principale source de nourriture. Lorsque les fleurs se font plus rares à l’approche de l’automne, elle peut parcourir jusqu’à 5 km pour s’alimenter.

En général, l’abeille n’est pas agressive, sauf si elle se sent menacée. Elle utilisera donc son dard pour piquer et injecter son venin, mais une seule fois… car elle mourra ensuite. Les piqûres d’abeilles sont douloureuses et entraînent rougeur ou boursouflure sur la zone piquée. Ces symptômes durent environ 48 heures et doivent être surveillés de près en cas d’allergie.

La guêpe (genre Vespula)

Voici 3 des guêpes les plus rencontrées au Québec :

Guêpe commune (Vespula vulgaris) :

Guêpe commune

Guêpe germanique (Vespula germanica) :

2 guêpes germaniques

Guêpe de l’est — reine (Vespula maculifrons) :

Guêpe de l'est

Vous avez probablement affaire à une guêpe si :

Les guêpes du genre Vespula comprennent trois castes : la reine, les ouvrières et les mâles. Les effets d’une piqûre de guêpe sont très semblables à ceux d’une piqûre d’abeille; les personnes allergiques doivent faire preuve d’une grande prudence. Une guêpe peut piquer plusieurs fois.

Plusieurs centaines d’espèces de guêpes se partagent le territoire au Québec, dont les trois plus reconnues sur la Rive-Sud de Montréal sont montrées en photo ci-dessus. Ce sont des guêpes sociales (elles vivent en colonies) qui protégeront leur nid au moindre signe d’agression, même accidentelle.

Quelqu’un qui s’approche brusquement du nid, qui le frappe ou met le pied dessus sera vu comme un envahisseur qu’il faut éloigner à tout prix. Alors, prudence! Contrairement aux abeilles, les guêpes se nourrissent en plus de protéines animales, qu’elles rapportent au nid pour nourrir les larves. Les guêpes se nourrissent elles-mêmes de presque n’importe quel aliment sucré ou en décomposition. La nourriture et les ordures des humains les attirent donc énormément, et c’est pourquoi elles nous rendent souvent visite lors de nos pique-niques d’été.

Lorsqu’elles virevoltent lentement autour de notre table — et de notre tête! —, elles sont justement en train de tenter de repérer la source exacte d’une odeur qui les a attirées.

Il est toujours possible de les éloigner en installant des plants de lavande, de citronnelle ou de géraniums odorants autour de votre terrasse. Les gestes brusques les énerveront plus qu’autre chose.

LE FRELON EUROPÉEN (VESPA CRABRO)

Frelon européen

Importé d’Europe, cet insecte a été retrouvé au Québec pour la première fois à Aylmer en 2004, et il semble bien installé dans nos contrées. Il ressemble beaucoup à la guêpe, sauf que sa tête et son thorax sont de couleur brun-roux plutôt que jaune vif. C’est un insecte social qui vit en colonies. Le frelon diffère des guêpes surtout par sa taille. Une ouvrière Vespa crabro mesure de 18 à 25 mm, et une reine peut avoir jusqu’à 40 mm de long!

Le frelon européen fabrique un nid de papier mâché gris et se tient surtout dans les boisés, car il se nourrit d’insectes et d’araignées. Il est donc rarement présent dans nos milieux de vie urbains. Par contre, il défendra son nid de toute menace apparente en piquant jusqu’à plusieurs fois. Vu son dard au diamètre plus large, sa piqûre est plus douloureuse, mais pas mortelle, sauf en cas d’allergie au venin.

Le frelon géant asiatique se différencie par sa taille (Vespa mandarinia)

Frelon géant asiatique

Ce frelon est originaire de régions tempérées et tropicales de la Chine, la Corée, le Japon et du nord de l’Inde. Il ressemble à une guêpe, sauf que sa tête est beaucoup plus grosse et de couleur orange, jaune ou brun vif, avec de gros yeux noirs.

Aussi appelée frelon meurtrier, cette « guêpe géante » mesure de 3,5 à 5 cm (donc de 35 à 50 mm!) et sa proie préférée est l’abeille, parmi une foule d’autres insectes. Elle est redoutée des apiculteurs et des personnes allergiques au venin d’insectes. Son venin est si toxique que des piqûres répétées peuvent entraîner la mort. Son long dard peut percer les vêtements ordinaires et même l’équipement de protection porté par les apiculteurs.

Pour l’instant, sa présence n’a pas été relevée au Québec, mais elle a été observée pour la première fois en 2019 en Colombie-Britannique, où un nid de frelons asiatiques a été détruit sur l’Île de Vancouver. Pour l’instant, certains spécialistes ne croient pas que ces frelons puissent traverser la barrière des Rocheuses, mais à leur avis ils pourraient survivre aux hivers québécois. Les autorités sanitaires sont donc en état d’alerte pour prévenir à tout prix l’introduction et la propagation de cette guêpe géante.

Si vous avez remarqué la présence accrue d’un de ces types d’insectes piqueurs à proximité de votre domicile, n’hésitez pas à contacter notre entreprise qui offre le service de destruction de nid de guêpes et de frelon dans le grand Montréal et partout sur la Rive-Sud.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

En tant qu'entreprise de service essentiel, Avalanche Extermination suit les recommandations du Gouvernement du Québec. Contactez nos spécialistes pour en savoir plus.

COVID-19 : NOUS SOMMES OUVERTS